mardi 20 janvier 2009

Truc n°261: coupez le moteur


Le Programme "Coupez le moteur!" à Montréal est un des éléments d'une une politique de la ville pour son Plan d’action québécois 2006-2012 de lutte contre les changements climatiques. Il vise à inciter les municipalités du Québec à adopter un règlement pour contrer les effets de la marche au ralenti inutile des véhicules.:

Cette affiche ci-dessus vue devant une école à Montréal dit : "Une question de SANTE et D'ENVIRONNEMENT" ... "Laisser tourner son moteur inutilement est une infraction passible d'une amende".

Vous pensez peut-être que ce n'est pas un "truc" à indiquer avec ce grand froid, mais lisez le texte ci-dessous et vous changerait peut-être d'avis.

Voici les raisons avancées par le Programme "Coupez le moteur":

"Trois bonnes raisons de couper le moteur

Pour économiser!

  • Économiser de l’essence

Un moteur qui tourne au ralenti pendant 10 minutes chaque jour consomme en moyenne 100 litres d’essence par année. C’est donc l’équivalent de 115 $ par année (basé sur un prix de l’essence à 1,15 $ le litre) qu’un conducteur peut économiser en limitant la marche au ralenti.

  • Retarder l’usure de votre véhicule

Contrairement à la croyance populaire, faire tourner le moteur d’un véhicule au ralenti avant de rouler ne protège pas le véhicule. En effet, un moteur qui tourne au ralenti ne fonctionne pas à sa température optimale, empêchant ainsi le carburant de brûler complètement. Cette situation engendre :

  • une condensation des résidus sur les parois des cylindres;
  • un encrassement des bougies pouvant faire augmenter la consommation d’essence jusqu’à 5 %;
  • une contamination de l’huile par les résidus de combustion;
  • des dommages et une usure prématurée de certaines pièces et parties du moteur;
  • une corrosion du système d’échappement réduisant ainsi sa durée de vie.

Pour protéger l'environnement

  • Aider à réduire les gaz à effet de serre (GES) et la pollution de l’air

Le secteur des transports est responsable de 37 % des émissions de GES au Québec. La combustion de l’essence émet un sous-produit, le dioxyde de carbone (CO2), qui est l’un des GES contribuant aux changements climatiques. Les véhicules légers sont largement responsables de ces émissions, puisque chaque litre d’essence brûlé émet environ 2,4 kg de CO2 dans l’atmosphère.

Si tous les conducteurs de véhicules légers au Canada réduisaient de 5 minutes par jour la marche au ralenti, la collectivité réduirait ses émissions de 1,6 million de tonnes de CO2 par année.

Pour préserver la santé

D’après Santé Canada, chaque année, plus de 5 000 personnes au Canada meurent prématurément en raison de la pollution de l’air. Les enfants et les personnes vulnérables en général sont plus sensibles aux effets irritants des polluants atmosphériques. En réduisant la marche au ralenti, vous contribuez à protéger votre santé et celle des autres.

Les mythes relatifs à la marche au ralentif

Par temps froids, faire tourner au ralenti le moteur d'un véhicule pour réchauffer le moteur protège le véhicule

Faux! La marche au ralenti n’est pas une façon efficace de réchauffer un véhicule, même par temps froid. La meilleure façon est de rouler. L’hiver, avec les moteurs actuels, 30 secondes de marche au ralenti suffisent avant de conduire.

Les arrêts et les démarrages fréquents du véhicule endommagent le moteur

Faux! Les démarrages fréquents ont peu d’incidence sur les pièces du moteur comme la batterie et le démarreur. L’usure des composantes du moteur, causée par les démarrages, peut entraîner une augmentation du coût d’utilisation du véhicule d’environ 10 $ par an. Cette dépense est largement compensée par les économies d’essence réalisées en réduisant la marche au ralenti.

Les solutions de rechange à la marche au ralenti

Utiliser un chauffe-moteur (ou « chauffe-bloc »)

Cet appareil permet de réchauffer plus efficacement le moteur de votre véhicule que la marche au ralenti. En effet, réchauffer le bloc moteur et les liquides de refroidissement permet au moteur d’atteindre sa température de fonctionnement optimale plus rapidement et facilite par conséquent le démarrage. L’utilisation d’un chauffe-moteur muni d’une minuterie automatique est recommandée, puisque deux heures de branchement avant le départ suffisent.

Lorsque les températures sont inférieures à -20 °C, un chauffe-moteur peut permettre une économie globale de carburant de l’ordre de 10 %. Dans le cas d’un déplacement de courte distance (lorsque les températures sont froides), l’économie d’essence peut atteindre jusqu’à 20 %.

La technique du départ lent

Par temps froid, cette technique consiste à ne pas laisser tourner son moteur au ralenti plus de 30 secondes. Après ce délai, commencez à rouler à basse vitesse pendant les cinq premiers kilomètres afin que toutes les pièces du véhicule se réchauffent. Avant de partir, assurez-vous toutefois que les fenêtres sont bien dégagées.

Coupez le moteur lorsque vous arrêtez votre véhicule pendant plus de 10 secondes (sauf dans la circulation)

Arrêter et redémarrer le moteur d’un véhicule consomme moins de carburant que de le laisser tourner au ralenti pendant 10 secondes. De plus, les démarrages fréquents ont peu d’impacts sur le moteur.

Éviter d'utiliser un démarreur à distance

Cet appareil vous incite à démarrer le moteur avant que vous ne soyez prêt à partir, ce qui entraîne une marche au ralenti inutile.

Bien entendu, utiliser des modes de transport actifs (marche, vélo, patins à roues alignées, etc.) ou les transports en commun (métro, autobus, train, covoiturage) constituent les meilleurs moyens de réduire les émissions de GES.



A quand une telle campagne en France?

2 commentaires:

Thygo a dit…

Là encore on voit bien que la communauté automobilienne (celui là, je viens de l'inventer) ne cherche pas plus que ça à faire des efforts. Quelques auto possède ce genre de système. LE moteur se coupant automatiquement quand il n'est pas utilisé. Pourquoi ce principe simple n'est-il pas étendu à plus de véhicule ?
Aller savoir.

Dodinette a dit…

ah, Montréal et ses mêêêrveilleuses idées pour préserver l'environnement...

comme la dernière en date du "bon maire Tremblay" : pour lutter contre le smog, on va interdire les chauffages au bois.

ben tiens.

la surdensité de la circulation automobile n'a *aucune* responsabilité dans ce phénomène par contre.


pffff.

tout ça parce que ces imbéciles, à la Ville, ne gouvernent QUE pour le / en fonction du Banlieusard, le sacro-saint 450 qui vient travailler en ville dans sa voiture.
faire quoi que ce soit pour en réduire l'utilisation, ce serait porter atteinte à la Santé économique de notre bonne métropole ! aaaargh !
proposer des lignes de train viables, des lignes de bus régulières, construire des tramways, remettre en service des trolleybus.. quel gâchis de fonds publics, quand chacun peut venir faire son ptit caca quotidien dans son propre char et repartir après.


ça me dégoûte, un tel cynisme.

à quand quelqu'un pour le dénoncer ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...