lundi 30 août 2010

Truc n°535: partagez votre parapluie


Sans avoir un parapluie high-tech, tentez cette expérience: je quittais la station de métro les Esplanades pour mon bureau à 7 minutes de là et il pleuvait des cordes.

Peu de personnes avait des parapluies. En ouvrant mon parapluie à l'abri, j'ai regardé la femme à côté de moi et je lui ai proposé de marcher avec moi. Surprise, elle a accepté avec un sourire.

Nous avons commencé à parler et de fil en aiguille nous avons réalisé que nous travaillions pour la même entreprise.

7 minutes très sympa, et une façon originale de commencer la journée.

jeudi 19 août 2010

Truc n°534: déchiffrage des labels

Pour une liste des labels et une courte explication, je vous renvoie vers le site Mes Courses Pour la Planète.

Avantage: tout ou presque y est et quand on clique sur lire la suite, vous avez de nombreuses informations détaillées qui vous aident à vous faire une bonne idée du label.

Seul désavantage, les marques s'entremêlent avec les labels (comme celles des grandes surfaces). Il faudrait peut-être faire une liste labels indépendants, et puis une liste avec ceux des marques pour plus de clareté.

Merci à Mes Courses pour la Planète pour ce répertoire utile!

Rappel: il n'y a rien de tel que de connaître le producteur directement (si c'est possible).

mardi 17 août 2010

Truc n°533: Impact de son épargne

En lisant le rapport "Les Chiffres de la Consommation Responsable" (2009) de Mes Courses pour la Planète, j'ai trouvé des informations qui me sont utiles, notamment concernant l'épargne...

"On pense souvent que les banques ont peu d’impact sur l’environnement, en tant que sociétés de services. Ou que leur impact se résume à leur consommation directe d’énergie, de papier, d’encre et de matériel de bureau. Et pourtant… C’est oublier que l’argent des banques (et donc en partie celui de leurs clients) sert indirectement à financer des projets qui ont eux des impacts directs sur l’environnement et la santé : infrastructures pétrolières, industries chimiques, autoroutes, etc. Les banques ont donc un véritable impact sur la planète et les hommes à travers les entreprises qu’elles financent, et les conditions qu’elles imposent lorsqu’elles accordent un prêt à un projet industriel. C’est ainsi qu’à la surprise générale, le secteur banque-assurances s’est retrouvé en tête de l’étude « Entreprises et Changement climatique » publiée fin 2009 par Vigeo et le WWF – avec un total d’émissions directes et indirectes représentant plus de trois fois celui de l’aéronautique civile ! Mais le circuit de l’argent et son lien à l’économie réelle restant difficile à saisir par le grand public, il reste encore, pour faire le pont entre finance et consommation responsable, à convaincre les consommateurs désireux de réduire leur impact sur le climat qu’il ne sert à rien de renoncer à acheter une voiture pour éviter de polluer… s’il place l’argent correspondant à cet achat sans faire attention à son utilisation : 10 000 euros placés sur un produit d’assurance vie classique induisent en effet 2,2 tonnes de CO 2 par an, soit autant que l’utilisation annuelle d’une voiture ou qu’un vol Paris-New York !"

L'impact de votre argent placé est très grand: commencez à creuser la question, à poser des questions à votre banque. Et partagez les meilleures solutions.
Première pistes ici (mais il en faut d'autres).

dimanche 15 août 2010

Truc n°532: enregistrez le docu sur Arte

La rediffusion du docu-reportage « L’emballage qui tue » aura lieu ce mardi Mardi, 17. août 2010 à 10h05.

Ce n'est pas très long; très bien fait et concis (30minutes) ! "Dommage que ce docu passe pendant les vacances d’été… il mériterait d’être connu et vu par bien plus de nos concitoyens. Diffusez!" dixit David et Anne-Sophie de Tout Allant Vert.

Faites passer l'info. Bon été.

lundi 9 août 2010

Truc n°531: jouons au jeu des déchets (A partir de 2 ans)




Ma fille ainée et moi avons inventé un jeu au printemps dernier. "Le jeu des déchets".
Dépitée par l'amoncellement de détritus gâchant la belle nature où nous vivons, ma fille m'a demandé un jour pourquoi on ne jouerait pas à ramasser ce que d'autres jettent (sans conscience)?

J'ai trouvé l'idée excellente. Aussi dès le lendemain, nous nous sommes armées de trois gros sacs plastiques et sur le chemin de la crèche (ma fille n'avait alors que 2 ans et demi) nous nous sommes lancées le défis de ne laisser aucun déchet derrière notre passage.
Pour pimenter le défis nous avons choisi un sac pour les déchets recyclables, un pour les déchets dits "ménagers" et un pour les verres.
Au début, j'avais beaucoup de mal à voir ma fille toucher de ses blanches mains les "ordures" de mes concitoyens peu scrupuleux. Puis ce temps de gène passé, je me suis rendue compte qu'au delà du jeu, cela représentait une nécessité de cohérence avec l'éducation que je donne à mes filles.

Évidemment, les déchets dangereux tels que bouteilles cassées et canettes rouillées sont pour ma pomme, mais nous avons déjà relevé de beaux défis (sac plastique dans un arbre, bouteille au milieu de la rivière, cannette à moitié enterrée...).
C'est souvent l'occasion de se croire en mission très spéciale et de rigoler un bon coup.
De plus, ne nous cachant pas, nous avons sensibilisé de nombreux enfants qui ont été séduits par notre jeu. Je déplore encore l'attitude de quelques adultes me traitant de mère irresponsable car mes enfants ramassent les déchets polluant notre belle vallée.

A quand un jeu en réseau grandeur nature?

jeudi 5 août 2010

Question n°2: quelle est l'offre bancaire qui correspond à votre éthique

Bonjour à tous,

Je suis actuellement scotchée en ce moment, ne sachant pas répondre à la question: quelles sont les offres bancaires de demain, comment faire et concevoir les banques de demain...
Et me voilà à la recherche des bons exemples, qui dépassent le cadre du crédit coop, nef et équivalents...et je trouve peu de choses.
Avez-vous un idéal? Comment faites-vous pour vous assurez que votre argent est correctement utilisé?
Oui, il ya les rapports des Amis de la Terre qui dénoncent les pratiques, mais quelles sont les alternatives, les solutions qui dépassent le peu de choses que nous avons aujourd'hui...
Nos trucs ont toujours été faibles du côté finance alors que c'est l'un des principaux leviers que nous pouvons activer.
J'ai une amie canadienne qui a montré que les fondations comme Rockerfeller ont beau financer des projets "humanitaires" et "environnementaux", elles devraient s'assurer que leur argent placé en bourse est correctement utilisé : là elles auraient un grand impact. C'est une piste pour elles, mais le consommateur lambda...?
Merci pour toute cogitation!
Shabnam
Ps. J'en profite pour partager cette excellent vidéo en anglais qui utilise la technique du dessin pour illustrer une conférence assez complexe sur la crise financière. La vidéo est fascinante et à regarder!


mardi 3 août 2010

Truc n°530: sop-en-lin ou comment se passer de l'essuie tout




J'aimerai profiter de ce blog pour répondre à tous les curieux qui venant chez moi pose la fameuse question: "Tu as de l'essuie-tout, s'il te plait?"
et auxquels je réponds devant leurs yeux ronds : "Je n'en ai jamais chez moi".

Impossible au 20ème siècle, il y a encore des gens (comme moi) assez fous pour ne pas posséder cette révolution qu'est le papier-essuie-tout!!!

Et bien oui! Chez moi, on utilise des lavettes, éponges, torchons et gants. Ma petite machine à laver a toujours une petite place pour eux.

Le sopalin sans en avoir l'air c'est très polluant (et si!) et on en utilise pour tout et n'importe quoi, de plus, c'est cher et et pour les accrocs du sopa-mouchoir, il faut reconnaitre que c'est très irritant.
Alors oui, j'achète des mouchoirs jetables et du papier toilette, mais je limite leur utilisation au fait de se moucher et de s'essuyer le derrière. Pas d'utilisation inutile pour essuyer du chocolat sur le bout du nez ou enlever une trace de maquillage...

Tout ça pour dire que remplacer l'essuie-tout est très facile et peu cher.
Pour ceux qui souhaite y renoncer et qui n'ont pas de gros stock de lavettes et torchons: pensez à vos vieux draps, tee-shirts, serviettes de bain usée, vieux peignoirs... Un coup de ciseau et pour les plus téméraires un coup d'aiguille et le tour est joué ;°)

Simple, mais il fallait y penser!

N.B.: pour les casseroles et vieilles cocottes: enlever les résidus à la spatule en bois et frotter le reste de graisse au gros sel.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...